vendredi 28 avril 2006

Star Wars dans Maison Ikkoku ?

Si c'est possible.
Dans l'episode 12 de l'Anime, Godai emmène Kozue au cinéma.
A la sortie du film, ils passent devant une affiche qui ne m'a pas echappé.
Voyez pas vous même ci-dessous.
Sur la gauche, une partie de l'affiche de Star Wars.
Sur la droite, une affiche ressemblant etrangement à la partie concernée du poster de Star Wars.


C'est amusant non ?

jeudi 27 avril 2006

De la mort de Soichiro

Personnage des plus mystérieux s'il en est, Soichiro Otonashi (alias Maxime Rosier pour les intimes francophones) est mort. Bel et bien mort. Et il laisse derrière lui un coeur brisé, volé en éclat par la tristesse d'avoir perdu si tôt son premier et unique Amour. C'est la naissance d'une veuve, encore bien jeune, qui prendra bientôt la direction d'une vieille pension. Cette vieille pension et ceux qui l'occupe lui rendront la vie plus tendre, l'envie de revivre et d'oublier ce veuvage.
La suite on la connait. La suite oui... mais le début ?
Car Maison Ikkoku n'a pas seulement commencé par la chute bruyante d'un étudiant dans les escaliers de sa pension, et de son maigre baluchon tombant silencieusement à ses pieds, qu'il aura de surprise, laissé glisser de ses mains lorsqu'une jeune et belle femme se presente sur le pas de la porte.
Maison Ikkoku a commencé bien avant. Au moins 6 mois avant, lorsque cette jeune et belle femme, Kyoko, aura perdu son mari Soichiro.

Soichiro Otonashi est un personnage mystérieux donc. Et le mystère pèse lourd aussi bien sur son physique que sur sa personnalité, bien que celle-ci soit legerement dévoilé a quelques endroit dans la série.
Comme le dit Godai lorsqu'il apprend que Kyoko est veuve, il est difficile de lutter contre quelqu'un dont on ne sait rien, rendu par la mort presque sans faille, dans la mémoire de Kyoko.
R.Takahashi ne nous donne pas beaucoup d'indices sur lui, sans doute pour qu'il garde tout son mystère et qu'il ne soit pas possible de faire de comparaison entre Soichiro et Godai.
Kyoko dira que Godai n'est pas un "remplacement" de Soichiro. Godai est lui-même, unique, et c'est ce qu'elle aime en lui. Partant de ce principe, on se fout donc bien du groupe sanguin du defunt mari, de savoir s'il se rasait à sec ou aimait se lever du pied gauche. Eventuellement, de sa personnalité, on peut déduire qu'il était tout ou partie de ce que Godai n'est pas (l'inverse est aussi vrai mais je vous vois partir ^^;).


On n'en sait peu sur lui mais, arretez moi si je me repète, Takahashi nous donnera quelques indices. En effet, quand Godai découvre les photos de Soichiro dans l'album photo de Ikuko, il l'arrose de question et Ikuko de lui répondre que son oncle Soichiro était une personne au physique banal voire un peu bizarre. Pour le reste, on ne connait qu'un visage teinté de noir.
R.Takahashi nous donne même peut-être des indices sur la mort. Par exemple, Kyoko dit dans un épisode que son mari n'avait pas un corps robuste, et qu'il était plutôt du genre malingre. On peut imaginer qu'il était d'une consitence physique plutôt faible (pas une grosse baraque tout en muscles donc). Elle dit aussi qu'il avait beaucoup de "suki-kirai" c'est à dire qu'il avait beaucoup de preferences culinaires et de choses qu'il n'aimait pas.
Elle dit aussi --comme quoi elle parle la petite-- que Soichiro n'était pas très adroit, expansif en amitié, voire à la limite de la maladresse (aussi bien avec les fille que les garçons). Etait-ce parce que depuis tout jeune, il tombait souvent (très) malade et était obligé de passer plus de temps chez lui dans son lit que sur la cours d'école avec ses amis ?! Il aurait alors plus l'habitude aux activités d'interieur, et peu d'activités ou d'exercices physique. Il aurait eu l'habitude de passer son temps a s'amuser seul, peut-être dans son jardin. Ceci lui donnant l'amour des fleurs et de la Terre (ce qu'il enseignera plus tard) plutôt que l'habilité a s'inserer, evoluer et être à l'aise dans un groupe.
S'il aura été gené par la maladie durant sa jeunesse, on peut aussi imaginer que c'est cette même maladie dont il était familier, qui lui otera la vie dans sa belle vingtaine, alors qu'il venait à peine de se marier.

Il est a noter que
sans la mort de Soichiro, Kyoko ne serait peut-être pas rentré dans ses fonctions de responsable (concierge) de la pension Ikkoku. Et alors Godai Yûsaku aurait pu partir tranquille, etudier ou se laisser vivre dans un autre cadre. Nous n'aurions pas eu droit à cette belle série qu'est Maison Ikkoku...

mercredi 26 avril 2006

La série TV a eu 20 ans tout rond !!

Je vous propose aujourd'hui un lien vers un article interessant sur les 20 ans de la version Anime de Maison Ikkoku.
Il a été redigé par TCV, réputé pour être un fin connaisseur de Maison Ikkoku ou encore de Kimagure Orange Road.
Il me fait le plaisir de poster des commentaires sur ce Blog de temps en temps, et je suis sur que si l'envie lui en prend, il ajoutera ici un petit descriptif de sa personne pour qu'on se fasse une meilleure idée de qui est l'homme derrière le pseudo.
En attendant, le document...
Maison Ikkoku à la TV, 20 ans déjà ! (format PDF)

lundi 24 avril 2006

TV Drama ... pas de nouvelles

Toujours aucune nouvelle de la mise au format TV Drama de Maison Ikkoku, et des rumeurs commencent maintenant à courir sur le fait que ce TV Drama prévu pour 2006 n'était peut-être qu'une fausse rumeur ... --;
L'étincelle initiale venant d'un article dans Big Spirit Comic (d'octobre 2005 il me semble), il est difficilement pensable qu'ils aient decidé d'allumer la mèche d'une bombe qui leur exploserait certainement au visage. Voyons, annoncer la version TV Drama d'un manga comme Maison Ikkoku pour faire monter ses ventes sans penser aux repercutions de l'après "annonce de la bourde", c'est trop enorme ! Il faut qu'ils aient eu une bonne raison de faire cette annonce, et la bonne raison c'est que, il y aura un TV Drama de Maison Ikkoku en 2006. Mais on ne sait pas par qui, ni même à partir de quand...
Attendont encore un peu... De toute façon, on n'a rien à perdre ^^/

samedi 22 avril 2006

Idée reçue

"Piyo-piyo" n'est pas une trademark de Rumiko Takahashi.
Tous les poussins au Japon crient "piyo piyo" et donc, un poussin criant "piyo-piyo" ne fait pas forcement reference à Maison Ikkoku.

Un poussin qui a le sourire, sur un tablier, avec ecrit "piyo piyo" au dessus, pour le coup fera surement reference à Maison Ikkoku mais il faut encore voir le design du poussin pour en être sur. Car j'ai rarement vu un poussin faire la gueule de toute façon. Il faudra verifier sont orientation, la position de ses petites pattes, les proportions de son corps, sa couleur etc...

Et oui, n'est pas un "Maison Ikkoku
Official Piyo-Piyo" (MIOPP) qui veut.

Et cet article vous démontre par la même occasion que quand on n'a rien à dire, ce n'est pas forcement la peine de se taire ^^;
En parallèle, je vous assure que j'avance bien sur mon dossier "jeu de société Maison Ikkoku Love Panic". Vous aurez droit à un truc sympa je pense (avec une surprise) et ca pour peut-être avant l'Été même ^^/

mardi 18 avril 2006

Une vraie peste cette Kozue

Je reviens de loin, et surtout de longtemps pour un petit article aujourd'hui sur Kozue, vous savez, Suzanne la petite peste ?!!
Kozue Nanao, c'est un personnage qui dans Maison Ikkoku ne peut pas laisser indifferent. Pour son role de la (fausse-vraie) petite amie de Yusaku (le 3ème angle d'un des plus longs triangles amoureux de la série, ), on l'aime ou on la deteste.
Elle tient sa première grande scène dans le chapitre 15, "Une nuit à problèmes"
(Fukuzatsuya 複雑夜」), ou elle aborde Yusaku pret de la gare de Tokeizaka alors que celui-ci parle au telephone avec son pote Sakamoto (elle fait en fait une très courte apparition dans l'episode 10 de l'anime, l'aviez-vous remarqué?).
L'habileté avec laquelle elle s'impose à Yusaku et se fait inviter au cinema n'a d'egale que de la moutonnerie du garçon qui se laisse guider par le bout du nez.
En fait, Yusaku à ce stade, est surtout content d'avoir du succès avec une fille et rajouté à sa gentillesse invéterée, il ne trouvera pas --ni dans cette episode ni dans le reste de la série-- suffisament de courage pour couper les ponts avec cette fille qui au fond, même si elle est peut-être mignonne, ne l'interesse pas vraiment. Yusaku s'enfoncera dans cette relation et Kozue passera d'imposé-volontaire à presque petite amie officielle. Un peu plus en demie-teinte dans la 2ème moitié de la série, elle gardera ce role de petite amie "officielle" jusqu'au chapitre 152 "La vérité" (「Hontô no koto 本当のこと」) ou après un des innombrables malentendus de Maison Ikkoku, elle prend la décision de se marier avec un collègue de travail.
Maintenant, on peut la detester si on veut, mais force est de reconnaitre que c'est un indispensable petit démon. Sans elle, on serait passé à coté de bien des rigolades ou de très beaux épisodes. Car sa présence --si elle nous irrite-- n'en est pas moins un des facteurs qui permettra à Kyoko et Yusaku de se devoiler petit à petit leurs sentiments l'un envers l'autre.
En mot de la fin, je dirais que le personnage de Kozue est le pendant féminin du role de Mitaka. Un personnage tout aussi pot de colle mais quand même pas aussi tenace ni même calculateur.
Alors, pour vous faire aimer Kozue un peu plus, pensez donc à Mitaka ^o^

mercredi 5 avril 2006

Administratif

Petite modification de l'entête du Blog, en attendant mieux (j'ai prit une image que j'avais sous la main ^^; )

mardi 4 avril 2006

Comme si de rien n'était

"Comme si de rien n'était", c'est le titre du chapitre 17 (Volume 2 de l'édition standard), adapté du titre original "gingiragin ni sarigenaku" (ギンギラギンにさりげなく).

Dans l'absolue, l'adaptation française de ce titre est plutôt fidèle, sarigenaku signifiant bien "comme si de rien n'était" ou encore "l'air de rien".
Avec gingiragin, par contre, on est embeté. C'est du vocabulaire proche de l'onomatopée, donc pratiquement aussi difficile a traduire qu'a adapter. Ce n'est que mon avis, mais je trouve qu'il a été de bon ton de ne pas traduire ce mot lors de l'adaptation VF.
Mais je vous vois là, la langue pendante et l'oeil avide d'explications. Alors pour vous eviter de faire cette tête la encore longtemps, je vais vous mettre sur la voie, en vous disant simplement que ca donne une notion de brillance, genre tape à l'oeil.
une sorte d'ironie par rapport à la 2ème partie de la phrase "l'air de rien".
Qu'est-ce qui a bien pu motiver le choix d'un tel titre ?

Enfoncons nous un peu --autant que possible-- dans la logique de Takahashi. Qu'a-t'elle voulu nous faire passer comme message ? Dans l'episode, on voit effectivement Yûsaku tenter d'embrasser Kyôko l'air de rien. Ca nous explique le sarigenaku. C'est bien.
Quoi du gingiragin ??? Qu'est-ce qui peut bien flasher dans cette episode ? Pas le fait que Kyôko se soit planter de lieu de rendez-vous je pense.
Si le contenu de l'episode ne nous apprend rien sur le choix du titre, alors il faut peut-être regarder ce titre sous un autre angle. Abstenons nous un instant de faire la relation avec le contenu de l'episode. Les mots sont en japonais, mais on en connait un peu le sens, et si on regarde ces mots, on se retrouve avec une expression bizarre "gingiragin ni sarigenaku". Ces tout bete. 3 petits mots qui forment une phrase qui m'interpelle.

Une influence, Oui, c'est vers l'exterieur qu'il faut chercher, Qu'est-ce qu'un(e) mangaka fait a part dessiner ses planches du soir au matin ? Manger et dormir ? La TV est une grande inspiratrice de Takahashi, qui se nourrit des informations diverses diffusées par ce media, ça on le sait.
Pensez vous qu'elle ecoute la radio a ses heures perdues ?
La radio... la musique. Oui, elle doit bien ecouter de la musique. La musique n'empèche pas de se concentrer sur son travail en plus.

Le chapitre 17 "gingiragin ni sarigenaku" est paru le BigComic Spirits mit en vente le 15 Octobre 1981.
Une recherche approndie du Net m'apprend
qu'a cette même periode, Kondo Masahiko dit "Matchy" (un membre des celebres Johnny's) faisait un malheur dans les charts avec son 4ème hit, "gingiragin ni sarigenaku", mis en vente le 30 Septembre 1981 !!!
Quoi ???
Mais alors, si Takahashi avait vraiment ecouté ce titre en dessinant son episode 17, elle ne devait pas être du tout en avance sur son emploi du temps, vu que les planches auraient du être livrées au moins plusieurs jours avant l'impression respectant des delais necessaires pour une parutions le 15 Octobre !!!
Le hasard est trop enorme. C'est franchement plus haletant que Da Vinci Code !!! Et qui nous apprendra la verité sur l'origine de ce titre ???

En tout cas, il me plait de penser que Rumiko Takahashi ecoutait la radio en dessinant Maison Ikkoku, et qu'a un moment, en pleine ebauche de l'episode 17, elle a entendu ce titre de Matchy à la radio. Elle l'a aimé, peut-être même adoré (elle a peut-être même acheté le maxi-single à l'epoque ^-^; ), et a decider de donner à son chapitre en cours le titre de cette chanson. Et la cerise sur le gateau, c'est qu'elle aura même jusqu'a adapter le comportement de Godai et ses paroles, pour qu'il nous glisse un "sarigenaku" et tente, l'air de rien, d'embrasser Kyôko.

Voila qui me convient tout à fait. C'est même une bien belle histoire
^^/