mercredi 28 décembre 2005

Le saviez-vous ?

En cette periode de fêtes, il est bon de rappeler que dans Maison Ikkoku, il y a des épisodes de la version animé qui ne figurent pas dans le manga (voir l'article du 2005/8/18 "Episodes originaux pour la version Anime")
C'est le cas des épisodes 39 et 40, qui sont en fait des episodes saisonniers puisqu'ils furent diffusés respectivement
  • le 17 Decembre 1986 pour le 39 (恋はガッツで勝負!五代のバイト大作戦 / Koi ha Gatsu de Shôbu ! Godai no Baito Daisakusen / l'Amour se gagne avec les tripes ! La stratégie "petits boulots" de Godai)
  • le 24 Decembre 1986, donc exactement la veillée de Noel pour le 40 (優しさがせつなくて X'マスは恋の予感 / Yasashisa ga Setsunakute, Christmas ha Koi no Yokan / Triste gentillesse, Noel ou le présage de l'Amour)
Peut-être une sorte de cadeau de Noel à tous les fans de Maison Ikkoku de la part de la maison de production (Kitty Films), voire de la part de Rumiko Takahashi elle même ?!!

Renewal chez RNS

Le portail RUMIKO NO SEKAI nous fait un excellent cadeau de Noêl avec la mise à jour de son site Maison Ikkoku.
Des nouveautés et des surprises. Une seule chose à faire, le visiter en toute urgence et avec delectation bien sur.

http://www.rumiko-no-sekai.com/maisonikkoku/

dimanche 25 décembre 2005

Premier Noêl à Maison Ikkoku

Oui enfin, c'est le premier Noêl sur le Blog MAISON IKKOKU ...
Alors, JOYEUX NOEL à tous les fans de Maison Ikkoku, visiteurs (ir)réguliers de ce Blog, et aux autres aussi ^^/

mardi 13 décembre 2005

Nouvelles du dossier Mitaka

Le dossier sur Mitaka Shun est disponible (voir les dossiers).

En le relisant, je me rends compte qu'en cours de route, je suis parti en queue de poisson ... Vous me pardonnerez, c'est à cause du manque de temps et des talents de rédacteur que je n'ai pas m(_ _)m
J'attends vos commentaires pour faire d'eventuelles mises à jour ou corrections.

En attendant, Noêl approche ...

mercredi 7 décembre 2005

vendredi 2 décembre 2005

sans chemise, sans pantalon

Otonashi Kyoko ... ahhh ... oh pardon, je soupire déjà ^^;
Au long de la série, on la voit dans toutes sortes de tenues, assez variées.
Jeans, jupes longues, robe de mariée, short, bikini, pyjama et autres sous-vetements. On la voit même toute nue (dans les rêves de Godai ou en réalité, au Onsen par exemple)... Malheureusement, on ne l'a jamais vu nue-en-tablier (autre soupire, et désolé pour cette pensée diabolique).
Je n'ai pas vraiment noté de tenues qui ne me plaisaient pas. Les gouts de Kyoko me vont tels qu'ils sont ^^/
Toutefois, j'ai un preference pour les jupes longues, qu'elle porte très bien je trouve.






Voila à quoi elle ressemble ma Kyoko "coup de coeur" du moment. Un joli petit "une pièce" à motif, classique, pas de piyo-piyo, mais ça lui va à ravir, non ?



Et pour vous, elle ressemble à quoi ?

jeudi 1 décembre 2005

Otonashi Kyoko

Takahashi Rumiko joue avec les noms de ses personnages.
Qui ne sait toujours pas que les pensionnaires portent dans leur nom le symbole du numéro de chambre.
Bon, rien que pour vous et parce que je vois bien que vous avez la flemme de rechercher des infos sur les divers sites (non-)officiels de la série:
  1. Ichinose (一の瀬) → chambre 1 (一)
  2. Nikaido (二階堂) → chambre 2 (二)
  3. Mitsukoshi (三越) → chambre 3 (三) ... attention, version anime seulement
  4. Yotsuya (四谷) → chambre 4 (四)
  5. Godai (五代) → chambre 5 (五)
  6. Roppongi (六本木) → chambre 6 (六)
Et quoi à propos de notre concièrge favorite ... Otonashi Kyoko (音無 響子). On peut analyser son nom comme suit.

1) Dans la logique du numéro de chambre, celle de la responsable d'Ikkoku n'a pas de numéro. Le nom de famille Otonashi se compose de 2 kanjis, Oto (音) qui signifie "son" et Nashi (無) qui peut se traduire par "sans". Absence de son, ou dans le cas qui nous interesse, absence de symbole de représentation de nombre.

2) Si on se omet l'écriture kanji, et qu'on force un peu la prononciation de 'Oto' en 'Otto' on arrive au mot 'Otto Nashi'. 'Otto' signifiant 'Epoux', et 'Nashi' toujours 'sans', Kyoko serait "sans époux" ... ouais, c'est tiré par les cheveux mais à l'oreille, c'est proche, et ca se tient.

3) le plus fort pour la fin. Notez aussi que l'absence de son de Otonashi est accompagné du prénom Kyoko dont le premier kanji '響' compose le verbe hibiku (響く) qui ne signifie rien d'autre que 'résonner'.
C'est quand même formidable ça, pas de bruit mais une resonnance. Une jeune femme seule mais qui garde au fond d'elle même les souvenirs encore vivants d'un mari bel et bien mort. Pas de bruit, une résonnance. Pas de mari, mais l'omni-présence de Soichiro.

J'adore ... et qui dira encore après ça que R.Takahashi n'est pas géniale ^^/